FRAGMENTS DE NICE VERSION 2018 DE PATRICK MOTTARD - THEATRE DE L'EAU VIVE - NICE LE 7 JUIN A 20H, LES 8 ET 9 A 21H ET LE 10 A 16H

Mise en scène : Bernard GAIGNIER
Distribution : Sabine VENARUZZO - Bernard GAIGNIER
Régie Son et Lumière : Frédérique GREGOIRE
Photos : Isabelle BAUD et Jean-Pierre FOUCHY

FRAGMENTS DE NICE MOTTARD JUIN 2018.jpg

Au Théâtre de l'Eau Vive, en juin 2016, Patrick MOTTARD et la joyeuse Compagnie du Petit Théâtre des Affranchis nous présentaient l'histoire d'un énergumène pas comme les autres. Un certain Jacques-Virgile Corel, le plus malchanceux des candidats, s'était vu être élu maire de Nice à la barbe de l'indétrônable dynastie des Toubi. Christ rédempteur de Rauba Capeù, nouvelle issue du recueil "Baie des songes", évoquait l'épineux accès au pouvoir et les difficultés pour le garder d'un homme empreint d'un humanisme authentique, loin de l'affairisme et du clientélisme ambiant. Dans ces ''Fragments'', mouture 2018, on retrouve la même écriture intelligente, efficace et fine mais si se mêlent encore le tragique et le burlesque, la moquerie laisse, ici, place à l'émotion ainsi qu'à une certaine nostalgie ponctuée d'amertume.

Après les versions de 2004, 2005, 2007 et 2015, cette ultime variante des Fragments s'inscrit sur un versant plus générationnel. Huit fragments sur la vingtaine publiée sont ici mis en scène et illustrés par un accompagnement musical et vocal des plus originaux. Patrick MOTTARD, par le biais du duo interprété par Bernard GAIGNIER, également metteur en scène du spectacle, et Sabine VERANUZZO, nous fait à nouveau voyager dans ses souvenirs depuis son arrivée à Nice en passant par ses pérégrinations, ses engagements, des déceptions, ses regrets, ses joies, ses amours. Des évocations personnelles qui nous rappellent, sous certains aspects, le Jacques-Virgile Corel du Christ rédempteur de Rauba Capeù : un humaniste, homme de culture, profondément engagé et amoureux de sa ville d'adoption, Nissa la bella.

FRAGMENTS BERNARD.jpgDe son arrivée à Nice à l'âge de onze ans avec sa famille et quelques années plus tard ses exploits aquatiques sur la Promenade des Anglais à Malik, "mort dans une Europe si rassurante (...) dans l'indifférence la plus totale" auquel Patrick MOTTARD (Bernard GAIGNIER) adresse un "pardon pour rien, pour tout" à l'Amphi 200 investi par une poignée d'étudiants galvanisés en passant par les années MITTERAND, la Bulgarie, la tragédie des deux tours du World Trade Center pour finir par la grande rencontre au Stade Jean Bouin, le spectateur découvre, se remémore ou partage des moments clés d'une vie au creux desquels, d'une façon ou d'une autre, chacun comme chacune y trouve, en quelque sorte, son rôle à jouer. Ah oui ! Je me souviens, l'Amphi 200 et pis quand ils ont voulu transformer le stade Jean Bouin en parking ! Ouais, pas très glorieuse notre Europe et nous autres, qui à quelques encablures d'un pays où le génocide faisait son lit, nous endormions comme des bienheureux ! ; Oh ! Putain ! La deuxième tour vient de s'écrouler tel un château de cartes ! hypnotisés par le petit écran qui repassait en boucle l'incroyable ou encore les on a gagné ! scandés lors de l'élection de MITTERAND en 1981 sans savoir si les lendemains allaient chanter… ou pas... Même les souvenirs les plus personnels ne manquent pas de nous renvoyer aux nôtres.
FRAGMENTS DE NICE MOTTARD JUIN 2018 1.jpg

Et puis, il y a l'illustration musicale réalisée par Sabine VENARUZZO qui rend l'interprétation de ces Fragments si émouvante et intense. Chanteuse, musicienne, poétesse et comédienne, cette artiste multidisciplinaire dont le jeu, le rythme et le ton sont particulièrement justes et naturels, a accompli une véritable performance. Sur des tonalités différentes et fort poétiques, elle est parvenue à accompagner Bernard GAIGNIER de façon des plus originales. Par l'enregistrement en live de différentes pistes musicales des mélodies qu'elle chantait et qu'elle jouait tantôt sur un petit piano d'enfant, tantôt sur une flûte à clavier, elle a ainsi donné davantage de relief aux Fragments. Imagine de John LENON, Les filles de mon pays d'ENRICO, Je m'voyais déjà d'AZNAVOUR, Evidemment de France GALL, "La Maritza" de Sylvie VARTAN et "Retiens la nuit" de JOHNNY étaient au rendez-vous.FRAGMENTS DE NICE MOTTARD JUIN 2018 5.jpg
Si ce n'est la longueur de l'accompagnement musical du Fragment sur la tragédie des Tours de Manhattan ajoutant du pathos à un moment historique suffisamment pathétique, cette performance, grande première pour Sabine VENARUZZO, se révèle être une véritable réussite tant elle apporte de la singularité au spectacle. De ces atmosphères d'il y a longtemps, très longtemps, petites madeleines de Proust. Quelque chose de précieux. Ces notes métalliques, colorées de tendreté, de candeur et de sincérité, émanant du petit piano d'enfant convoquent les souvenirs : ceux de Patrick MOTTARD et de chaque spectateur tel un écho venu de loin, d'un temps à jamais révolu mais dont les traces indélébiles ont, au fil du temps, forgé nos êtres.

Il reste encore un jour pour aller partager ces Fragments, alors, lors du sprint, ne faites comme le dénommé Delaigneau : n'arrivez pas les derniers !
FRAGMENTS BERNARD SABINE PATRICK.jpg

Commentaires

10 juin 2018 06:58

Merci Francesca pour cette magnifique digression sur notre spectacle.

Bernard GAIGNIER
10 juin 2018 19:40

Encore une fois quelle justesse dans cette analyse, et quel plaisir de retrouver dans cette distribution tous mes camarades membres de l'Association "Les Amis du Théâtre", toi Françoise, Patrick, Bernard, Frédérique, Jean-Pierre ... J'ai applaudi à la représentation d'aujourd'hui dimanche 10 en compagnie d'une autre adhérente Catherine C.et de son amie V.

  Que de talents théâtraux parmi nos adhérents!  Ils concourent ainsi à l'objet de l'association: "Le rayonnement du théâtre et des arts vivants".

Continuons tous ensemble à faire partager notre passion. Vive le théâtre. A.Leber.

Andre LEBER

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://theatreetcie06.fr/dotcl/index.php?trackback/54