SALADE DE NUIT DE CHRISTIAN DOB - THEATRE DE LA TRAVERSE - NICE - 23 MAI, 3, 15 ET 24 JUIN 2018

Mise en scène : Jean-Louis CHALES
Distribution : Malou DECLEIRE-PAMPAGUIAN - Coline HAFNER - Mahaut LECONTE

SALADE DE NUIT JUIN 2018.jpg
Claudine, la révoltée, débouche chez Danielle, présentatrice bon chic bon genre, un tantinet coincée, d'une émission de télévision féminine pour régler une vacherie survenue au lycée dix ans plus tôt. Une crasse pas très reluisante de "bonne copine" que, non seulement, elle n'a pas oubliée mais qui semble avoir déterminé son parcours existentiel chaotique. Témoin de la scène à l'époque, Marie-Ange, la nunuche de service, qui justement habite à côté, est conviée à ce règlement de compte qui se voudrait musclé. Sur ce fond de tribunal improvisé, les trois jeunes femmes vont passer leur soirée à égrener leurs souvenirs d'adolescentes et de fausse camaraderie. Au mec (là où il n'y pas de copinage qui tienne) qu'on se dispute tel un bout de viande, poils, cul, tromperies et mensonges divers et variés vont se mêler l'agression soudaine et absurde de Claudine sortie quelques instants dans la rue et picolage de tequila, histoire de "rigoler un bon coup". Pourtant, sous le vernis de la déconnade que le coup de pied dans la fourmilière de Claudine fait se craqueler, se cachent trois femmes existentiellement en cale sèche, passablement paumées et profondément seules.

Cette salade assaisonnée aux épices fortement graveleuses et aux personnages caricaturalement très marqués de la pièce de Christian DOB n'est, hélas, jamais réellement parvenue à décoller. Malgré la cohérence du choix de la distribution, le ton, le rythme et la mise en scène (Jean-Louis CHALES) ne sont pas parvenus à donner l'énergie que les personnages et la thématique de la pièce exigeaient. Les choix scénographiques n'ont, par ailleurs, pas permis aux comédiennes (Malou DECLERE-PAMPAGUIAN - Coline HAFNER - Mahaut LECONTE) de pouvoir donner amplitude et couleur à l'expression de leurs personnages. Le canapé, très exigu, n'était, à ce titre, pas à propos. S'il correspondait peut-être au style de Danielle et à l'atmosphère étriquée dans laquelle Claudine ne trouve pas sa place, cet élément scénographique n'était pas assez spacieux et confortable pour accueillir une mise en scène plus enlevée et prometteuse de davantage de possibilités scéniques et comiques. Malgré l'espace limité de la scène, il eût été, sans doute, préférable de créer une atmosphère qui fût moins glacée.

Les ambitions d'une pièce qui se voulait délirante et hilarante n'ont pas eu l'effet escompté auprès d'un public qui n'a pas semblé être touché, ni convaincu et encore moins amusé par le mesclun dépourvu de fines herbes de ces trois jeunes femmes.

Commentaires

29 juin 2018 13:10

Pour moi, autant de décalage entre ce qui m’a fait mettre cette pièce dans ma sélection pour les Amis du Théâtre et mon ressenti sur le spectacle qu’entre le prix payé et celui inscrit sur le billet. déçue.

Catherine
3 juil. 2018 19:01

Désolé que cette comédie ne vous ait pas intéressée. Espérons que le public d'Avignon sera plus enthousiaste que vous... Heureusement que d'autres personnes nous ont gratifiés de critiques plus élogieuses. Un point de détail : appeler un canapé "élément scénographique" me parait d'une grande prétention.... mais bon question de vocabulaire !
A l'attention de Catherine : que voulez-vous dire en parlant du décalage entre le prix payé et celui inscrit sur le billet ? Croyez bien que si le caissier s'est trompé de billet ça n'est en aucun cas volontaire. Prix normal : 17 €, tarif réduit (séniors, étudiants) 14 €. Que vous soyez déçue, ok mais cette sorte d'accusation de fraude ne nous plaît pas du tout. Pourquoi ne l'avez-vous pas signalé au contrôle ? Comme "amie du théâtre" on fait mieux. Déçus, nous aussi.

THEATRE DE LA TRAVERSE

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://theatreetcie06.fr/dotcl/index.php?trackback/57