IL MASCHERAIO DE ET PAR ANDREA CAVARRA - THEATRE DE LA SEMEUSE - NICE - LE 30 JUIN 2018

ALLEZ L'APPLAUDIR A AVIGNON DU 6 AU 29 JUILLET A "LA COUR DU BAROUF" - 7 RUE LOUIS PASTEUR (relâche les mardis) 14H15 RESERVATION : 04 90 82 15 98 - ATELIER FABRICATION MASQUES EN CUIR DE 9H A 13H00 DU MERCREDI AU DIMANCHE (durée du stage : deux sessions de 4 heures)
Collaboration artistique : Carlo BOSO et Franck BIAGIOTTI
Costumes : Luisa STAGNARO
Masques : ZORBA OFFICINE CREATIVE
Photographies (pour cet article) : Françoise RICHARD (à l'exception de la photographie en noir et blanc)

PHOTO DEPLIANT.jpg
Avez-vous déjà été conviés à pénétrer dans l'atelier d'un maître facteur de masques ? Et que ce dernier vous raconte leur histoire et fabrication à travers l'Arte et ses personnages emblématiques, au creux même d'improvisations partagées dans une création vécue ensemble : créateur et public ? Non ?! Eh bien, c'est ce que vous propose l'étonnant et charismatique Andrea CAVARRA.

Tout droit sorti de l'univers de la Commedia, le "Mascheraio" est aussi metteur en scène et comédien ce qui revêt un avantage, non des moindres, pour la conception des masques. Qui mieux qu'un comédien peut les penser, les élaborer, les façonner que celui qui va les porter et les investir pleinement, telle une seconde peau ?!

Andrea CAVARRA est un passeur, un transmetteur doublé d'un généreux magicien. On le comprend très vite dans son spectacle et ses ateliers. Il ne garde rien pour lui. Il divulgue, raconte, révèle les secrets d'un savoir-faire séculier qui se transmet, de génération en génération, depuis des lustres, depuis le XIIème siècle, même si l'usage du masque au théâtre était déjà présent dès l'Antiquité. Lui-même s'est vu transmettre le flambeau par Carlo BOSO qui collabore artistiquement à son spectacle. Enseignant à l'Académie des Beaux-Arts de Milan et l'Accademia dell'Arte d'Arezzo, il est également Président de l'Association du Théâtre Populaire et d'Artisanat Théâtral ZORBA OFFICINE CREATIVE et directeur artistique de l'Atelier del Teatro e delle Arti de Milan.

IL MASCHERAIO AU TRAVAIL 2.jpg A peine installé, le spectateur constate que le Maître est déjà à l'ouvrage. D'emblée, il accueille le visiteur dans son officine, s'approche et, tout naturellement entame la conversation tout en finissant, de son gracile pinceau, de parfaire une de ses créations.IL MASCHERAIO AU TRAVAIL 1.jpg
Petit préambule durant lequel il relate, entre autres, l'histoire du masque, la raison du choix du matériau le plus noble et sensuel qu'est le cuir non seulement pour son esthétique à l'égard du spectateur mais aussi du comédien dont l'aspect mais aussi le confort sont, pour lui, des plus essentiels. Car son union à celle du masque est une inénarrable histoire d'amour, là où les peaux font corps à corps et les esprits du comédien, du personnage et du masque qui le caractérise, fusionnent totalement.

Nous voilà donc tous et toutes embarqués par la voix, les mots, les anecdotes de l'Enchanteur dans les étapes de la fabrication du masque, de la façon dont il a d'amadouer le cuir et sa rigidité. Créer un masque n'est pas une mince affaire ! Tout d'abord il faut le penser puis créer la matrice, travailler la peau, procéder aux différentes étapes du trempage, tannage, malaxage, mise en forme, clouage, martelage, lissage, découpage, teinture, vernissage... Très vite, le spectateur comprend que le "Mascheraio" n'entend pas se limiter à débiter son petit monologue. Non ! Non ! Pour lui, faire revivre la naissance des différents personnages typiques de l'Arte nécessite, de façon incontournable, la participation du public qu'il convie à ses improvisations pour récréer, ensemble, le monde fabuleux et mystérieux de la Commedia all'improviso.

A cet instant précis, difficile pour moi de ne pas faire état de ce qui revient à l'esprit d'une certaine personne. Instantanément, elle se retrouve catapultée vingt-cinq ans plus tôt à Venise où après avoir bossé sur ses recherches goldoniennes à la bibliothèque nationale et celle de Cà Centani (la maison de Carlo GOLDONI), elle se laisse divaguer dans les ruelles de la Sérénissime. Qui n'a pas aimé s'y perdre ?... Jusqu'au moment, où, sans le vouloir, elle est attirée par la porte d'une boutique que, timidement, elle ose pousser. S'ouvre à elle, un univers féérique, là où temps et espace se sont évaporés. Sans savoir où elle met les pieds, elle s'aperçoit qu'elle vient de pénétrer dans le "laboratoire" d'un "mascheraio". Tous ses sens sont en éveil. Mêlée aux fragrances des cires, des vernis, des cuirs aux chatoyantes couleurs, aux petits martellements et aux chuchotements des artistes et clients, une musique que jamais plus elle n'oubliera lui fait soudain découvrir tout un monde. Au milieu des esprits du théâtre, elle entend ces notes musicales qui, à l'époque, lui étaient totalement inconnues : Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude DEBUSSY. Une sensation unique d'un ineffable émerveillement flanqué d'une certitude indélébile fait le siège en elle : celle d'avoir l'impression d'être véritablement et pour toujours à sa place dans cette galaxie-là.

Du début de l'Arte à son crépuscule (deuxième moitié du XVIIIème siècle), les investissant à l'improviste avec une dextérité aussi déconcertante qu'un caméléon confondant sa peau à la diversité de la nature, Il Mascheraio, nous fait revivre la naissance de ses premiers personnages : leurs masques, leurs couleurs, leurs costumes et les particularités expressives de leurs caractères. Par des mises en situation basées sur l'improvisation à partir d'un canevas issu d'une fertile imagination et la participation d'un membre du public, il nous entraîne dans un lieu qu'il connaît bien : il mercato (le marché). IL MASCHERAIO - LO ZANNI 1.jpg Un espace public dont s'emparent les "Giovanni" (gli zanni), fraîchement arrivés de Bergame à Venise et qui, pour gagner leur vie sautent sur les étals ("saltano in banchi" d'où le vocable "saltimbanque") improvisant des canevas dans lesquels "si burlano" (ils se moquent), plus particulièrement, des gens de pouvoir afin d'attirer le chaland. IL MASCHERAIO - LO ZANNI 3.jpg

Vont se succéder d'autres personnages typiques et masques de la Commedia : le fougueux et héroïque Capitano, les relations passionnées des Amoureux (les seuls à ne pas porter de masques et qui représentent les "protagonistes") et leurs pendants, les antagonistes : les incultes docteurs à la science infuse, l'avide Pantalone et les serviteurs (naïfs ou "furbetti") des uns et des autres (protagonistes et antagonistes) dont Pulcinella, la fameuse "macchietta" napolitaine. IL MASCHERAIO - LES AMOUREUX 2.jpgDes personnages qui, à travers leurs jeux et la spécificité de leurs caractères, provoquent la catharsis : ce moyen de se libérer des passions par le truchement du ressenti des émotions (la peur, la pitié, le rire, les moqueries…) que génère la représentation théâtrale, une mise en action visuelle de l'homo sapiens qui n'a jamais cessé d'avoir besoin de se regarder être mis en scène pour, non seulement, questionner ce que signifie être humain, mais aussi afin de pouvoir le rester.

Dans cet atelier expressif de fabrication des masques et la mise en situation de leurs singuliers ambassadeurs, Andrea CAVARRA vous réserve une fin de toute beauté. Il est question d'une discussion entre un des plus emblématiques Pulcinella qui a transformé le valet stupide et candide en napolitain rusé et cocasse (Antonio PETITO, plus connu sous le sobriquet de TOTONNO, maître du grand Edouardo DE FILIPPO) et la mort qui a rendez-vous avec lui un jour de mars 1876. Une magnifique catharsis qui nous a toutes et tous laissés aussi émus qu'éblouis.

Alors n'hésitez surtout pas durant ce Festival Off d'Avignon : allez à la rencontre des masques, des personnages de l'Arte, de leur histoire et de leur serviteur IL MASCHERAIO alias Andrea CAVARRA. Après ce spectacle des plus interactifs, vous ne verrez plus le théâtre, ni la Commedia avec le même regard.

Merci encore à Frédéric REY pour cette excellente initiative qu'est le Festival de la Commedia dell'Arte.
IL MASCHERAIO - IL CAPITANO 1.jpg
IL MASCHERAIO - PANTALONE.jpg

Commentaires

6 juil. 2018 18:16

Justement je vais à Avignon le 15 juillet pour 4 jours..merci du conseil
cdt

teboul

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://theatreetcie06.fr/dotcl/index.php?trackback/59